• English

Centre de recherche
lundi 15 novembre 2021
Communiqué de presse

Nouveaux biomarqueurs pour le diabète de type 1

Une nouvelle étude du CHU Sainte-Justine a permis de repérer des protéines circulantes comme potentielles cibles thérapeutiques et outils de dépistage

MONTRÉAL, le 15 novembre 2021 – Une équipe de recherche dirigée par la Dre Despoina Manousaki, du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine et de l’Université de Montréal, a désigné trois protéines circulantes comme molécules prometteuses pour la mise au point de médicaments et d’outils de dépistage précoce pour les patients atteints de diabète de type 1. Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune qui se caractérise par un déficit de sécrétion d’insuline par le pancréas. Cette forme de la maladie touche environ 10 % des personnes diabétiques, mais très peu de biomarqueurs existent dès la naissance pour prédire le risque de souffrir de la maladie.

«Nos analyses ont révélé qu’une hausse des protéines SIRPG et IL27EBI3 accroît le risque d’être atteint de diabète de type 1 et qu’un taux de CTRB1 plus élevé diminue ce risque», précise la Dre Manousaki, clinicienne-chercheuse en endocrinologie pédiatrique au CHU Sainte-Justine et professeure adjointe de clinique au Département de pédiatrie de l’Université de Montréal.

Les résultats de ces travaux sont présentés dans le journal Diabetes Care.

Un potentiel immense

Les protéines circulantes sont une source de biomarqueurs sous-explorée, mais leur potentiel est immense.

«Parce que les médicaments se lient fortement aux protéines circulant dans le sang, ces dernières sont des cibles intéressantes pour la mise au point de nouvelles thérapies. Il existe aussi des méthodes d’analyse fiables pour mesurer les protéines circulantes, qui représentent donc une voie possible pour le dépistage précoce des personnes à haut risque de diabète de type 1», explique la Dre Nahid Yazdanpanah, associée de recherche dans le laboratoire de la Dre Manousaki et première auteure de l’étude.

Afin de caractériser ces biomarqueurs, la Dre Manousaki et son équipe ont mené une étude de randomisation Mendélienne visant à mettre au jour des protéines dans la circulation sanguine qui influencent le risque de souffrir de diabète de type 1. Cette technique fait appel aux variations génétiques connues dans une population pour examiner l’effet causal d’une variable sur les facteurs de risque de maladies.

Tout d'abord, l’équipe de recherche a exploité une base de données pour trouver les déterminants génétiques de 1600 protéines circulantes. Ensuite, elle a analysé les données génomiques de 9684 patients touchés par le diabète de type 1 et 15 743 cas témoins pour évaluer si l'une de ces protéines était liée au risque de diabète de type 1.

«À la lumière de nos résultats, on observe qu’une hausse de la protéine SIRPG plasmatique est associée à une augmentation de près de 60 % du risque de souffrir de diabète de type 1, tandis qu’un accroissement de la protéine IL27EBI3 double ce risque. À l’inverse, un taux de CTRB1 plus élevé a un effet protecteur avec près de 20 % de diminution du risque d’être atteint de la maladie», mentionne la Dre Manousaki.

Selon la chercheuse, «nous devons poursuivre nos recherches afin de valider ces protéines candidates dans des cohortes de cas témoins de diabète de type 1, mais ces protéines ont le potentiel de faire avancer la médecine de précision pour les individus à risque de devenir diabétiques.»

À propos de l’étude

L’article «Clinically-relevant circulating protein biomarkers for type 1 diabetes: evidence from a two-sample Mendelian randomization», écrit par Nahid Yazdanpanah, a été publié dans le journal Diabetes Care en novembre 2021. L’étude a été financée par la Société d'Endocrinologie Pédiatrique (PES).

– 30 –

À propos du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine

Le Centre de recherche du CHU Sainte-Justine est un établissement phare en recherche mère-enfant affilié à l’Université de Montréal. Axé sur la découverte de moyens de prévention innovants, de traitements moins intrusifs et plus rapides et d’avenues prometteuses de médecine personnalisée, il réunit plus de 210 chercheurs, dont plus de 110 chercheurs cliniciens, ainsi que 450 étudiants de cycles supérieurs et postdoctorants. Le centre est partie intégrante du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, le plus grand centre mère-enfant au Canada.

recherche.chusj.org

@CR_CHUSJ

Source
CHU Sainte-Justine
Renseignements

Source :

Maude Hoffmann
Communications, Centre de recherche du CHU Sainte-Justine
maude.hoffmann.hsj@ssss.gouv.qc.ca

Personne-ressource auprès des médias :

Florence Meney
Adjointe à la directrice des communications – responsable des médias externes
CHU Sainte-Justine
Tél. : 514 755-2516
florence.meney.hsj@ssss.gouv.qc.ca 

Personnes nommées dans le texte
À propos de cette page
Mise à jour le 15 novembre 2021
Créée le 15 novembre 2021
Signaler ou faire une remarque
 

Chaque dollar compte !

Merci de votre générosité.

Ce sont les donateurs comme vous qui nous permettent d’accélérer la recherche, de guérir, à chaque année, plus d’enfants et continuer d’offrir un des meilleurs niveaux de santé au monde.

Il est également possible de donner par la poste ou de donner par téléphone au numéro sans frais

1-888-235-DONS (3667)

Nous contacter

514 345-4931

Légal

© 2006-2014 Centre de recherche du CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés.
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

CHU Sainte-Justine