• English

Centre de recherche
mardi 14 décembre 2010

L’immunodéficience explique pourquoi les enfants prématurés sont vulnérables aux infections

Vancouver – 1er décembre 2010 – Des chercheurs ont découvert une immunodéficience qui explique pourquoi les enfants prématurés sont vulnérables aux infections qui peuvent être mortelles et néfastes au développement cérébral et avoir des répercussions sur toute la vie.

Ces chercheurs ont analysé le sang de cordon de 12 bébés nés avant 29 semaines de gestation et de 18 bébés nés à terme (après 40 semaines de gestation) dans le but de comparer la réponse des globules sanguins à des fragments bactériens.

Ils ont trouvé que les nourrissons nés avant 29 semaines de gestation avaient un taux bas de p40, une protéine sanguine qui aide les globules blancs à combattre les infections bactériennes et virales.

Ces chercheurs ont par la suite suivi 425 nouveau-nés, dont certains prématurés et d’autres nés à terme, pendant trois jours après leur naissance et ils ont trouvé que les nouveau-nés qui ont présenté une septicémie, une infection dangereuse qui se propage dans tout l'organisme, avaient les taux les plus bas de p40.

Les résultats paraissent dans le numéro du 1er décembre de la revue Journal of Infectious Diseases (version imprimée).

« Nous avons trouvé que les enfants prématurés sont déficients en protéine p40 et que cette protéine est probablement essentielle pour combattre des infections », affirme le Dr Pascal Lavoie, qui a mené la recherche. Le Dr Lavoie est chercheur-clinicien au Child & Family Research Institute ; néonatologiste au BC Children’s Hospital et au BC Women’s Hospital & Health Centre, agences de la Provincial Health Services Authority de la Colombie-Britannique ; ainsi que membre du Département de pédiatrie de l’Université de la Colombie-Britannique.

« Contrairement aux enfants nés à terme, les prématurés ont très peu de p40. Puisqu’ils sont nés prématurément, ils ne sont pas préparés pour se défendre contre les bactéries et les virus proliférant hors de l'utérus », déclare le Dr Lavoie.

En avril 2010, une infection placentaire déclenche l'accouchement chez Virginie Bernard, enceinte de six mois. Après l’accouchement, sa nouvelle petite fille, Ana, est immédiatement hospitalisée à l’unité de soins intensifs néonataux du BC Women’s Hospital & Health Centre. Sa respiration est assurée par un tube inséré dans ses voies respiratoires et elle reçoit des antibiotiques par voie intraveineuse pendant deux semaines pour traiter l’infection. Ana se rétablit, mais quelques semaines plus tard elle fait une infection à streptocoque b et reçoit encore une fois un traitement antibiotique par voie intraveineuse.

« Les infections de ce genre risquent d’être très dramatiques en raison du taux de mortalité élevé, soit plus de 50 % si elles ne sont pas traitées, et des conséquences dévastatrices potentielles sur le développement du cerveau de l’enfant », affirme le Dr Lavoie.

« Quand Ana a contracté cette infection, les médecins ont réagi très vite et dans l’espace de quelques heures seulement ils ont décidé de lui poser une perfusion intraveineuse », raconte Virginie Bernard qui a quitté la France avec son mari, Wilfried Logerais, et émigré au Canada en février 2010.

« Je suis sûre que c’est pour ça qu’elle va si bien maintenant et qu’elle n’a pas contracté la méningite. Cet hôpital s’implique fortement dans la recherche et, pour cela, les médecins pensent différemment et ils réagissent plus vite ».

Aujourd’hui, Ana va bien.

« Elle est très dynamique. Elle sourit. Elle est très curieuse. Elle est un enfant parfait », affirme Virginie Bernard.

Les enfants prématurés sont particulièrement susceptibles aux infections, car leur système immunitaire n'est pas encore tout à fait mature. Puisque leurs organes ne sont pas pleinement développés, ils nécessitent plus souvent des soins intensifs comme les perfusions intraveineuses, les appareils respiratoires et les tubes d’alimentation, augmentant ainsi leur risque d’infection. Les enfants prématurés manquent également les anticorps protecteurs de leur mère normalement diffusés au cours du troisième trimestre.

« Grâce à la compréhension des déficiences chez les enfants prématurés, j’espère que l’on sera en mesure de trouver un moyen d’augmenter l’immunité de ces nourrissons et de prévenir les infections, » affirme le Dr Lavoie. Ce projet n’aurait pas été possible sans la générosité des parents qui ont permis à leurs nourrissons de participer à cette recherche. »

Les participants à l’étude ont été recrutés dans les centres suivants : le BC Women’s Hospital & Health Centre à Vancouver ; le Centre Hospitalier Universitaire Sainte‐Justine à Montréal ; ainsi que le Royal Alexandra Hospital, le Misericordia Hospital et le Grey Nuns Hospital à Edmonton.

Cette recherche a été subventionnée par la British Columbia Lung Association, la Sick Kids Foundation, la BC Children’s Hospital Foundation (en partenariat avec la Division de Néonatologie du BC Children’s & Women’s Health Centre), les Instituts nationaux de la santé aux É-U (NIH - National Institute of Allergy and Infectious Diseases), AllerGen NCE ainsi que les Instituts de recherche en santé du Canada.

Le Child & Family Research Institute (CFRI) fait de la recherche clinique, appliquée et axée sur la découverte pour le mieux-être des enfants et de leur famille. Cet institut est le plus grand de son genre dans l’Ouest du Canada. Le CFRI travaille en étroite collaboration avec l’Université de la Colombie-Britannique ; le BC Children’s Hospital et le Sunny Hill Health Centre for Children, le BC Women’s Hospital & Health Centre, agences de la Provincial Health Services Authority de la Colombie-Britannique ainsi que la BC Children’s Hospital Foundation. Le CFRI a tissé d’autres liens importants avec les cinq autorités régionales en matière de santé de la Colombie-Britannique ainsi qu’avec les établissements d’enseignement supérieur suivants en Colombie-Britannique : l’Université Simon-Fraser, l’Université de Victoria, l'Université du Nord de la Colombie-Britannique ainsi que l’Institut de technologie de la Colombie-Britannique. Pour obtenir de plus amples renseignements sur le CFRI, veuillez visiter le site : www.cfri.ca.

Autre source / renseignements
Jennifer Kohm, Child & Family Research Institute

T: 604.875.2401
C: 604.992.6567
jkohm@cw.bc.ca

Notes

Chercheurs au CHU Sainte-Justine

  • Hugo Soudeyns, PhD
  • Anne-Monique Nuyt, MD
  • François Audibert, MD
  • Élyse Jolette, étudiante MSc

Sur le web

À propos de cette page
Mise à jour le 17 novembre 2014
Créée le 17 novembre 2014
Signaler ou faire une remarque

Chaque dollar compte !

Merci de votre générosité.

Ce sont les donateurs comme vous qui nous permettent d’accélérer la recherche, de guérir, à chaque année, plus d’enfants et continuer d’offrir un des meilleurs niveaux de santé au monde.

Il est également possible de donner par la poste ou de donner par téléphone au numéro sans frais

1-888-235-DONS (3667)

Nous contacter

514 345-4931

Légal

© 2006-2014 Centre de recherche du CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés.
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

CHU Sainte-Justine