• English

Centre de recherche
mercredi 24 mars 2010

Traiter un goitre chez le fœtus

Montréal, 23 mars 2010 – Une équipe multidisciplinaire du CHU Sainte-Justine a traité avant la naissance un fœtus porteur d’un goitre hypothyroïdien. Vu la rareté de cette condition, le peu d’études rapportées décrivaient des approches thérapeutiques très agressives. Les spécialistes du CHU Sainte-Justine démontrent avec ce cas qu’une approche moins invasive permet un accouchement normal sans nuire à la mère et sans nuire au développement futur du nouveau-né. Les résultats de cette étude sont publiés dans l’édition en ligne du 22 mars de la revue The Journal of Pediatrics.

Reconnaissance et prise en charge précoce
Cet article fait état du suivi d’une femme enceinte dont le fœtus de 19 semaines présentait un goitre découvert à l’échographie. La fonction thyroïdienne de la mère était normale alors que le fœtus était hypothyroïdien. L’équipe de spécialistes a convenu de suivre le fœtus par des échographies aux deux semaines et de n’intervenir que s’il y avait compression trachéo-oesophagienne par le goitre, ce qui se traduit par une forte augmentation de la quantité de liquide amniotique. Pour l’équipe de spécialistes, l’objectif premier était de pouvoir offrir à la mère un accouchement par voie naturelle tout en s’assurant du développement ultérieur normal du nourrisson.

Le but premier : ne pas nuire
Bien que l’équilibre hormonal thyroïdien soit important dans le développement du fœtus, une correction trop agressive d’une hypothyroïdie fœtale par des injections répétées d’hormones thyroïdiennes dans la cavité utérine n’est pas nécessaire et engendre plus de risques que de bénéfices. Dans le cas décrit, trois injections amniotiques ont suffi à contrôler la situation. Le nouveau-né a été traité dès le premier jour de vie avec des hormones thyroïdiennes et son développement neurologique est normal.

C’est pourquoi, lorsque l’on diagnostique un goitre chez le fœtus, il est important de suivre la condition tout au long de la grossesse. L’échographie donne au clinicien une définition précise de la condition du fœtus, permet d’intervenir tôt et d’évaluer facilement les effets du traitement.

Ce cas a donc nécessité une approche multidisciplinaire impliquant une gynécologue (Dre Diane Francoeur), une radiologue (Dre Andrée Grignon) et les endocrinologues (Drs Sophie Stoppa-Vaucher, Nathalie Alos et Guy Van Vliet), sous la responsabilité du Dr Johnny Deladoëy. Il s’agit du premier cas ainsi traité au Canada.

Autre source / renseignements

Nicole Saint-Pierre
CHU Sainte-Justine
Téléphone : 514 345-4931, poste 2555
nicole_saint-pierre@ssss.gouv.qc.ca

Notes

À propos de l’étude
L’article « Non-Immune Goiter and Hypothyroidism in 19-week Fetus: A Plea for Conservative Management », publiédans la revue The Journal of Pediatrics, est signé par Sophie Stoppa-Vaucher, Diane Francoeur, Andrée Grignon, Nathalie Alos, Joachim Pohlenz, Pia Hermanns, Guy Van Vliet et Johnny Deladoëy du CHU Sainte-Justine et du Département de l’Université de Montréal.

Sur le Web
Article paru dans The Journal of Pediatrics
http://www.jpeds.com

À propos du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine
www.chu-sainte-justine.org/recherche/

À propos de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal
www.med.umontreal.ca

À propos du CHU Sainte-Justine
Le Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine est le plus grand centre mère-enfant au Canada et l’un des quatre plus importants centres pédiatriques en Amérique. Plus de 5 000 employés et médecins composent ses effectifs. Associé à l’Université de Montréal, le CHU Sainte-Justine est de loin le plus grand centre de formation en pédiatrie au Québec et un leader au Canada. Son centre de recherche regroupe plus de 200 chercheurs et compte près de 500 étudiants. Il exerce un leadership reconnu, particulièrement dans les domaines des maladies du cerveau, des maladies musculo-squelettiques et sciences du mouvement, des pathologies foeto-maternelles et néonatales,de la santé métabolique, des maladies virales, immunitaires et cancer et de l'avancement et du devenir en santé. En 2007, Le CHU Sainte-Justine a célébré son centenaire et a reçu le statut de « Hôpital promoteur de la santé » par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Il est également membre du grand réseau d’excellence en santé de l’Université de Montréal (RUIS).

À propos de cette page
Mise à jour le 19 novembre 2014
Créée le 19 novembre 2014
Signaler ou faire une remarque

Chaque dollar compte !

Merci de votre générosité.

Ce sont les donateurs comme vous qui nous permettent d’accélérer la recherche, de guérir, à chaque année, plus d’enfants et continuer d’offrir un des meilleurs niveaux de santé au monde.

Il est également possible de donner par la poste ou de donner par téléphone au numéro sans frais

1-888-235-DONS (3667)

Nous contacter

514 345-4931

Légal

© 2006-2014 Centre de recherche du CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés.
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

CHU Sainte-Justine