• English

Centre de recherche
jeudi 24 février 2011
Communiqué de presse

Traitement de l’asthme : les corticoïdes sont-ils sans danger?

Montréal, le 24 février 2011 - Les enfants traités par une cure courte de corticoïdes oraux pour une crise d’asthme pourraient présenter une dépression immunitaire mais très transitoire selon une nouvelle étude conduite par l’Université de Montréal. Ces résultats, publiés dans le numéro du mois de février de Pediatric Allergy, Immunology and Pulmonology, sont importants pour la prise en charge des enfants asthmatiques présentant des poussées d’asthme qui pourraient être exposés à de nouvelles maladies contagieuses.

« L’administration de corticoïdes réduit incontestablement le risque d’hospitalisation et la durée du séjour à l’hôpital des enfants victimes d’une crise d’asthme aiguë et reste le traitement le plus efficace en cas de poussées d’asthme modérées à sévères, explique Francine M. Ducharme, auteure principale de cette étude, professeure à l’Université de Montréal, pédiatre et chercheuse au Centre de recherche du Centre hospitalier Sainte-Justice. Pourtant, le profil de sécurité de ces médicaments continue de soulever des inquiétudes chez les parents et les médecins. Les questions que soulève l’impact possible des corticoïdes sur le système immunitaire tiennent à quelques rares signalements d’infections sévères par le virus de la varicelle consécutives à leur administration. »

Réponse immunitaire réduite à de nouveaux déclencheurs
La professeure Ducharme et ses collègues ont évalué la réponse immunitaire d’enfants âgés entre 3 et 17 ans qui s’étaient présentés à l’urgence pour une crise d’asthme. Tous les sujets ont reçu des déclencheurs de la réponse immunitaire (ou antigènes) et la réponse immunitaire des sujets traités par corticoïdes a ensuite été comparée à celles des sujets n’ayant pas été traités par corticoïdes.

« Plusieurs enfants traités par corticoïdes ont présenté une réponse immunitaire plus faible, mesurée par la quantité d’anticorps produits, que celle des enfants non traités par corticoïdes », précise la docteure Ducharme.

Affaiblissement passager de l’immunité
Les enfants inclus dans l’étude ont été revaccinés par l’antigène cinq semaines après leur visite initiale à l’urgence. Des réponses immunitaires comparables ont été alors mesurées chez les enfants exposés aux corticoïdes oraux, par rapport aux enfants non exposés.

« Ces résultats montrent que la suppression immunitaire serait très transitoire et ne s’applique chez certains enfants exposés à un nouvel antigène en même temps que l’administration de corticoïdes », explique la professeure Ducharme.

« En résumé, nos résultats laissent penser que le système immunitaire de certains enfants exposés simultanément à un nouvel antigène et à des corticoïdes pendant une crise d’asthme pourrait avoir une dépression très transitoire qui disparait dans un délai de six semaines. »

« Compte tenu de l’usage important qui a été fait de ces médicaments au cours des 20 dernières années, il est rassurant de voir que la survenue d’infections sévères reste très rare. Cela donne à penser que la fenêtre de risque est très étroite et qu’elle ne s’applique qu’en cas d’exposition à un nouvel antigène. Malgré tout, il serait plus prudent de se renseigner systématiquement sur l’exposition récente au virus de la varicelle des enfants non vaccinés contre ce virus avant de leur prescrire des corticoïdes oraux , ajoute la professeure Ducharme. Tous les enfants asthmatiques qui n’ont pas eu la varicelle devraient par ailleurs être vaccinés contre cette maladie. »

De l’importance de vaccinations à jour
« Notre étude rappelle aux parents d’enfants asthmatiques qu’il est important de respecter le calendrier vaccinal canadien et en cas de poussées d’asthme, de signaler aux professionnels de la santé si leur enfant a été exposé au virus de la varicelle (dans les 3 semaines précédant la crise), souligne la docteure Ducharme. Elle rappelle aussi aux professionnels de la santé qu’il est préférable de se renseigner sur une exposition récente éventuelle à la varicelle avant de prescrire des corticoïdes oraux ou systémiques. »

– 30 –

Autre source / renseignements

William Raillant-Clark
Attaché de presse international
w.raillant-clark@umontreal.ca
514-566-3813

Personnes nommées dans le texte
Notes

À propos de l’asthme
L’asthme est une maladie inflammatoire chronique des poumons dont la prévalence a augmenté sensiblement au cours des dernières décennies. En 2009, l’asthme a causé près de 250 000 décès dans le monde. Toutefois, moyennant un traitement adapté, y compris l’administration de bronchodilatateurs et de corticoïdes inhalés, tous les enfants asthmatiques peuvent mener une vie normale.

Les corticoïdes sont des médicaments anti-inflammatoires utilisés dans le traitement de l’asthme pour réduire l’œdème de la muqueuse bronchique. De solides données scientifiques montrent que l’utilisation de ces médicaments chez les patients présentant un asthme aigu modéré à sévère réduit significativement les taux d’hospitalisation ou la durée du séjour à l’hôpital. Par conséquent, ces médicaments sont et doivent rester la pierre angulaire du traitement des poussées aiguës d’asthme.

Partenaires de recherche :
Cette étude a bénéficié de subventions du Programme national de recherche et de développement en matière de santé du Canada et du Fonds de la Recherche en Santé du Québec (FRSQ).

À propos de l’étude :
L’article « A short burst of oral corticosteroid for children with acute asthma – Is there an impact on immunity? » est signé Francine Ducharme de l’Université de Montréal et du Centre de recherche du Centre hospitalier Sainte-Justice, Hans Ochs de l’Université de Washington, et Xun Zhang et Bruce Mazer de l’Hôpital de Montréal pour Enfants.

Sur le Web :

  • Pediatric Allergy, Immunology and Pulmonology : http://www.liebertpub.com/products/product.aspx?pid=48
  • Université de Montréal : www.umontreal.ca/
  • Centre hospitalier de l’Université de Montréal : www.chumtl.qc.ca
À propos de cette page
Mise à jour le 17 novembre 2014
Créée le 17 novembre 2014
Signaler ou faire une remarque
 

Chaque dollar compte !

Merci de votre générosité.

Ce sont les donateurs comme vous qui nous permettent d’accélérer la recherche, de guérir, à chaque année, plus d’enfants et continuer d’offrir un des meilleurs niveaux de santé au monde.

Il est également possible de donner par la poste ou de donner par téléphone au numéro sans frais

1-888-235-DONS (3667)

Nous contacter

514 345-4931

Légal

© 2006-2014 Centre de recherche du CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés.
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

CHU Sainte-Justine