• English

Centre de recherche
lundi 22 juillet 2013
Communiqué de presse

Et si l’activation d’un gène pouvait prévenir le diabète ?

Montréal, Canada, le 22 juillet 2013 – Le diabète de type 2 représente 90 % des cas de diabète dans le monde, qui touche 2,5 millions de Canadiens par an, pour un coût annuel de 15 milliards de dollars. Il s'agit d'un état de santé grave qui rend les cellules du corps incapables d'absorber le sucre correctement. Dr Alexey Pshezhetsky, du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine affilié à l’Université de Montréal, a découvert que l’absence d’une certaine protéine expliquerait en partie la résistance à l’insuline chez les personnes atteintes de diabète de type 2, dont le rôle n’avait encore jamais été associé au diabète. Cette percée pourrait contribuer à prévenir cette maladie.

«Nous avons découvert que Neu1, une protéine surnommée ainsi d’après son nom «neuraminidase 1», a pour rôle d’activer ou de désactiver l'absorption du glucose par les cellules du corps, en régulant l'acide sialique qui se forme à la surface des cellules», explique Dr Pshezhetsky.

«Nous essayons maintenant de trouver un moyen de rétablir les niveaux de Neu1 et sa fonction dans le diabète. Si nous parvenons à éliminer les résidus d'acide sialique de la surface des cellules, les récepteurs de l'insuline seront forcés à absorber le glucose adéquatement. Cela pourrait donner aux médecins la possibilité de réduire le recours au traitements à l’insuline et contribuer à réduire l’épidémie de diabète», précise Dr Pshezhetsky.

Les résultats de son étude réalisée sur les cellules et la souris ont été publiés ce mois-ci dans la revue scientifique Diabetes. Lui et son équipe sont maintenant à répliquer l'étude auprès de patients diabétiques.

Bien que le premier traitement du diabète de type 2 consiste en un régime alimentaire approprié, de l'exercice et l’arrêt du tabagisme, les médecins tentent de restaurer chez leurs patients des niveaux d'insuline normaux en leur prescrivant un traitement à l’insuline lorsque ces mesures échouent. Le nombre de cas diagnostiqués dans le monde continue de croître très rapidement. Selon les Centers for Disease Control des États-Unis, le nombre de cas dans ce pays ont augmenté de 82 % en moyenne entre 1995 et 2010. Dans l’État d’Oklahoma, le nombre a progressé de 226 %. La maladie représente 90 % des cas de diabète dans le monde, pour une prévalence qui croît parallèlement à l'épidémie d'obésité. On tient l'obésité pour l’origine de cette maladie, qui peut à son tour conduire à une maladie cardiaque, des accidents vasculaires cérébraux, voire à l'amputation d’un membre en cas de mauvaise circulation.

Au sujet de l’étude:
Dr Alexey Pshezhetsky et ses collègues ont publié l’article intitulé «Positive Regulation of Insulin Signaling by Neuraminidase 1» dans l’édition imprimée de juillet 2013 de la revue Diabetes. L'étude a été financée en partie par des subventions de recherche de l'Association canadienne du diabète et des Instituts de recherche en santé du Canada.

Liens:

– 30 –

Autre source / renseignements

Pour plus d'information et entrevues
William Raillant-Clark
Senior Advisor, Media Relations
Université de Montréal
514 343-7593
w.raillant-clark@umontreal.ca


Source : 
Marise Daigle
Communications
Centre de recherche du CHU Sainte-Justine
514 345-4931, poste 3256
marise.daigle@recherche-ste-justine.qc.ca

Personnes nommées dans le texte
À propos de cette page
Mise à jour le 6 novembre 2014
Créée le 6 novembre 2014
Signaler ou faire une remarque
 

Chaque dollar compte !

Merci de votre générosité.

Ce sont les donateurs comme vous qui nous permettent d’accélérer la recherche, de guérir, à chaque année, plus d’enfants et continuer d’offrir un des meilleurs niveaux de santé au monde.

Il est également possible de donner par la poste ou de donner par téléphone au numéro sans frais

1-888-235-DONS (3667)

Nous contacter

514 345-4931

Légal

© 2006-2014 Centre de recherche du CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés.
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

CHU Sainte-Justine