• English

Centre de recherche
mardi 13 septembre 2016

Télévision et petite enfance: des liens prospectifs établis

La consommation de télévision permet de prédire un dysfonctionnement social au moment de l’adolescence

MONTRÉAL, le 13 septembre 2016 – Les résultats d’une nouvelle étude dirigée par Linda Pagani, professeure à l’École de psychoéducation de l’Université de Montréal, démontrent que les jeunes enfants qui regardent trop la télévision sont plus à risque d’être pris pour victimes et socialement isolés ainsi que d’adopter un comportement agressif et antisocial à l’égard des autres élèves à l’âge de 13 ans.

«On ignore dans quelle mesure la consommation excessive de télévision en bas âge – un moment particulièrement déterminant pour le développement des zones cérébrales régulant l’autocontrôle de l’intelligence émotionnelle – peut nuire aux interactions sociales», explique Mme Pagani.

«La détection des facteurs précoces modifiables qui influent sur le bien-être ultérieur de l’enfant représente un important objectif en matière de santé individuelle et communautaire. Étant donné que l’établissement de relations solides avec ses pairs, la bonne entente avec les autres et la construction d’une identité sociale positive au sein d’un groupe constituent des éléments essentiels d’une transition réussie vers l’adolescence, nous avons entrepris d’examiner l’influence à long terme de la consommation de télévision durant la petite enfance sur quatre indicateurs clés de dysfonctionnement social chez des jeunes de 13 ans au développement normal», ajoute-t-elle.

Pour ce faire, Linda Pagani et son équipe se sont fondées sur l’information fournie par des parents quant aux habitudes télévisuelles de leurs enfants à l’âge de 2 ans, puis elles ont examiné les expériences sociales rapportées par ces enfants à l’âge de 13 ans.

«En grandissant, les enfants qui avaient beaucoup regardé la télévision étaient plus susceptibles de préférer la solitude, d’expérimenter la victimisation par les autres élèves et d’adopter un comportement agressif et antisocial envers ceux-ci à la fin de la première année du secondaire. La transition vers l’école secondaire est une étape cruciale du développement des adolescents. Nous avons observé que la consommation excessive de télévision à 13 ans a tendance à compliquer la situation, ajoutant des risques supplémentaires de dysfonctionnement social», démontre la chercheuse principale de l’étude.

Mme Pagani et les coauteurs de l’étude, François Lévesque-Seck et Caroline Fitzpatrick, ont tiré leurs conclusions après avoir examiné les renseignements relatifs à une cohorte d’enfants nés au Québec entre 1997 et 1998 ayant fait l’objet d’un suivi longitudinal. L’Étude longitudinale du développement des enfants du Québec est un ensemble de données publiques coordonné par l’Institut de la statistique du Québec. Les parents des 991 filles et des 1006 garçons de l’Étude ont indiqué le nombre d’heures passées devant la télévision par leurs enfants lorsqu’ils avaient deux ans et demi. À 13 ans, ces mêmes enfants ont attribué une cote à leurs difficultés relationnelles liées à la victimisation, à l’isolement social, à l’agression intentionnelle et planifiée des autres ainsi qu’à un comportement antisocial. L’équipe de Mme Pagani a ensuite analysé ces données afin de cerner tout lien important entre de telles difficultés et la consommation précoce de télévision, et ce, en écartant de nombreux facteurs de confusion possibles.

«Notre objectif était d’éliminer toute autre caractéristique préexistante de l’enfant ou de la famille qui aurait pu jeter un autre éclairage sur nos résultats», poursuit la chercheuse.

La télévision est un passe-temps courant chez les enfants en très bas âge et la consommation de certains jeunes enfants visés par l’étude excédait les seuils recommandés d’exposition aux écrans. Le dysfonctionnement social chez les jeunes préoccupe de plus en plus les travailleurs des secteurs de l’éducation et de la santé publique. Selon Mme Pagani, les aptitudes sociales comme le partage, la valorisation et le respect qu’on inspire à autrui sont ancrées dans la petite enfance. «En bas âge, le nombre d’heures d’éveil dans une journée est limité. Par conséquent, plus l’enfant passe du temps devant un écran, moins il a de temps pour le jeu créatif, les activités interactives et d’autres expériences sociocognitives fondatrices. Une vie quotidienne active à l’âge préscolaire permet d’affiner des aptitudes sociales fondamentales qui seront utiles par la suite et qui finiront par jouer un rôle clé dans la réussite personnelle et économique», conclut Mme Pagani.

À propos de l’étude

Linda Pagani, auteure principale de l’étude, ainsi que François Lévesque-Seck, qui étudie actuellement sous sa direction, et Caroline Fitzpatrick, une de ses anciennes étudiantes, ont publié l’article «Prospective associations between televiewing at toddlerhood and later self-reported social impairment at middle school in a Canadian longitudinal cohort born in 1997/1998» dans le numéro de [MOIS] de la revue Psychological Medicine. Mme Pagani est professeure à l’École de psychoéducation de l’Université de Montréal. Elle est aussi chercheuse au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine et au Groupe de recherche sur les environnements scolaires du Fonds de recherche du Québec – Société et culture. M. Fitzpatrick est professeur à l’Université Sainte-Anne à Halifax et chercheur au Centre PERFORM de l’Université Concordia.

À propos du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine

Le Centre de recherche du CHU Sainte-Justine est un établissement phare en recherche mère-enfant affilié à l’Université de Montréal. Axé sur la découverte de moyens de prévention innovants, de traitements moins intrusifs et plus rapides et d’avenues prometteuses de médecine personnalisée, il réunit plus de 200 chercheurs, dont plus de 90 chercheurs cliniciens, ainsi que 360 étudiants de cycles supérieurs et postdoctorants. Le centre est partie intégrante du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, le plus grand centre mère-enfant au Canada et le deuxième centre pédiatrique en importance en Amérique du Nord. recherche.chusj.org

À propos de l’Université de Montréal

Montréalaise par ses racines, internationale par vocation, l'Université de Montréal (UdeM) compte parmi les 100 meilleures universités du monde. Elle a été fondée en 1878, et forme aujourd’hui avec ses deux écoles affiliées, HEC Montréal et Polytechnique Montréal, le premier pôle d'enseignement supérieur et de recherche du Québec et l'un des plus importants en Amérique du Nord. L'Université de Montréal réunit plus de 2600 professeurs et chercheurs, et accueille plus de 66 000 étudiants. umontreal.ca

Source
CHU Sainte-Justine
Renseignements

Communications, Centre de recherche du CHU Sainte-Justine
communications@recherche-ste-justine.qc.ca

Autre source / renseignements

Geneviève O’Meara
Conseillère principale, relations avec les médias
Université de Montréal
514 343-7704

Personnes nommées dans le texte
À propos de cette page
Mise à jour le 25 octobre 2016
Créée le 25 octobre 2016
Signaler ou faire une remarque
 

Chaque dollar compte !

Merci de votre générosité.

Ce sont les donateurs comme vous qui nous permettent d’accélérer la recherche, de guérir, à chaque année, plus d’enfants et continuer d’offrir un des meilleurs niveaux de santé au monde.

Il est également possible de donner par la poste ou de donner par téléphone au numéro sans frais

1-888-235-DONS (3667)

Nous contacter

514 345-4931

Légal

© 2006-2014 Centre de recherche du CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés.
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

CHU Sainte-Justine