Centre de recherche
mardi 1 mai 2018

Publication d’un ouvrage de référence sur les circuits fermés de médicaments

Une équipe de chercheurs du CHU Sainte-Justine publie une revue Cochrane sur l’efficacité d’utiliser des circuits fermés dans la préparation et l’administration de médicaments dangereux en oncologie.

MONTRÉAL, le 1 mai 2018 – L’équipe de l’URPP (Unité de recherche en pratique pharmaceutique) du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine a participé à la rédaction d’une revue Cochrane publiée le 27 mars 2018.

Cochrane publie des revues systématiques qui ont pour objectif d’analyser de manière critique et de synthétiser l’ensemble des connaissances, des études sur un sujet donné. Le sujet de la revue sur lequel les chercheurs de l’URPP ont travaillé portait sur  l'utilisation des circuits fermés pour la préparation et l'administration de médicaments dangereux en oncologie.  

Le fait est que, depuis plusieurs années, il est reconnu que des traces de médicaments dangereux (p.ex. traces d’antinéoplasiques) sont retrouvées sur les surfaces de travail où sont manipulés ces médicaments. Il n’est pas connu, à l’heure actuelle, à quelle dose ces traces peuvent être nocives pour l’humain. Cependant, comme tout produit toxique, une exposition à répétition peut avoir des conséquences négatives sur la santé des travailleurs.

Il existe de nombreux protocoles de pratiques sécuritaires pour diminuer ces expositions notamment au niveau du nettoyage des contenants, de l’entreposage des produits ainsi que l’élimination des déchets qui se fait de manière sécuritaire. Par ailleurs, le personnel dans l’exercice de ses fonctions a l’obligation de porter un équipement de protection.

À l’heure actuelle, les circuits fermés sont utilisés pour préparer et administrer des médicaments dangereux, et ce afin de réduire le risque d’expositions répétées à ces derniers. Ces circuits qui sont peu utilisés au Canada sont, en outre, des dispositifs très dispendieux.

Pour cette revue, les travaux ont été réalisés en collaboration entre une équipe de recherche britannique et l’équipe de l’URPP incluant Jean-François Bussières, chef du département de pharmacie et de l'Unité de recherche en pratique pharmaceutique au CHU Sainte-Justine ainsi que Cynthia Tanguay, coordonnatrice de l'Unité de recherche en pratique pharmaceutique. Près de 23 études ont été soigneusement analysées pour répondre à la question si oui ou non les dispositifs de circuits fermés sont efficaces dans la diminution de l’exposition aux produits dangereux.

Il s’est avéré, suite à ces travaux d’analyse, que les circuits fermés diminuaient effectivement la dose de médicament à laquelle étaient exposés les travailleurs dans certaines conditions. Cependant, cette diminution est trop faible (on constate une diminution de 50pg/cm2) pour affirmer qu’elle ait un impact positif sur la santé de ces derniers.

Ainsi, le bilan de cette revue explique que «  dans l’état actuel des connaissances, l’utilisation de circuits fermés ne peut être ni recommandée ni réfutée. ». Par ailleurs, il faut noter que les travailleurs sont aussi exposés à d’autres sources de produits qui peuvent elles aussi se révéler dangereuses pour la santé.

Aujourd’hui l’équipe de l’URPP continue ses travaux de recherche afin d’obtenir des données de qualité. Elle travaille, par exemple, à l’évaluation des coûts qu’engendre l’utilisation des circuits fermés ou encore évalue les méthodes de nettoyage des lieux où sont manipulés les produits dangereux.

À propos de l’URPP

L’unité de recherche en pratique pharmaceutique (URPP) est affiliée au Département de pharmacie du CHU Sainte-Justine et au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine (axe Avancement et devenir en santé).

L’URPP a pour mission de favoriser l’émergence de pharmaciens-chercheurs et le développement et le rayonnement d’activités novatrices de recherche sur les pratiques pharmaceutiques. Détails

À propos du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine

Le Centre de recherche du CHU Sainte-Justine est un établissement phare en recherche mère-enfant affilié à l’Université de Montréal. Axé sur la découverte de moyens de prévention innovants, de traitements moins intrusifs et plus rapides et d’avenues prometteuses de médecine personnalisée, il réunit plus de 200 chercheurs, dont plus de 90 chercheurs cliniciens, ainsi que 450 étudiants de cycles supérieurs et postdoctorants. Le centre est partie intégrante du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, le plus grand centre mère-enfant au Canada et le deuxième centre pédiatrique en importance en Amérique du Nord. Détails au recherche.chusj.org

Source
CHU Sainte-Justine
Renseignements

Personne-ressource auprès des médias :

Mélanie Dallaire
Cadre conseil | Communications externes
CHU Sainte-Justine
Bureau : 514-345-7707 / Téléavertisseur : 514-415-5727
melanie.dallaire.hsj@ssss.gouv.qc.ca

Autre source / renseignements

Renseignements :

Article détaillé sur la librairie Cochrane

Personnes nommées dans le texte
À propos de cette page
Mise à jour le 2 mai 2018
Créée le 1 mai 2018
Signaler ou faire une remarque
 

Chaque dollar compte !

Merci de votre générosité.

Ce sont les donateurs comme vous qui nous permettent d’accélérer la recherche, de guérir, à chaque année, plus d’enfants et continuer d’offrir un des meilleurs niveaux de santé au monde.

Il est également possible de donner par la poste ou de donner par téléphone au numéro sans frais

1-888-235-DONS (3667)

Nous contacter

514 345-4931

Légal

© 2006-2014 Centre de recherche du CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés.
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

CHU Sainte-Justine