Centre de recherche
jeudi 22 août 2019

Amélioration de la prise en charge des jeunes soumis à une endoscopie digestive pour rendre la procédure plus confortable

Une équipe du CHU Sainte-Justine suggère d’étendre l’utilisation de l’anesthésie générale ou la sédation profonde chez tous les patients

Dû à leur caractère intrusif, les endoscopies digestives doivent être réalisées dans un environnement sûr et confortable. Il s’agit d’un examen médical permettant de visualiser l’intérieur du tube digestif grâce à l’introduction par la bouche ou l’anus, d’un tube optique muni d’un système d’éclairage, couplé à une caméra vidéo.

Une équipe du CHU Sainte-Justine a précédemment démontré que la qualité de la sédation par voie intraveineuse pour abaisser le niveau d’anxiété et donner l’impression que l’examen médical se déroule en peu de temps est influencée par le stress préopératoire.

Dans l’étude présente, l’équipe avait pour objectif principal de comparer les effets du lorazépam – un médicament de classe hypnotique utilisé pour combattre la nervosité et l’anxiété – par voie orale et d’un placebo sur la réponse cortisol salivaire des enfants soumis à une endoscopie digestive. Il faut savoir que le niveau de cortisol dans la salive est un indicateur biologique du stress. En deuxième temps, l’équipe désirait évaluer la douleur et le confort lors de la procédure médicale ainsi que la survenue d’événements indésirables.

Pour ce faire, les participants ont été randomisés puis ont reçu soit du lorazépam, soit un placebo ou bien aucune prémédication. Un échantillon de leur salive a été recueillie à leur arrivée à l'hôpital et une heure après la randomisation.

Sur 101 participants, le taux d'enfants présentant une diminution du cortisol salivaire était de 27,3 %, 35,3 % et 19,4 % pour le lorazépam, le placebo et l'absence de prémédication, respectivement. Avec le lorazépam, 75,9 % des enfants ont déclaré avoir subi une procédure confortable, contre 41,9 % sous placebo et 34,5 % sans prémédication. Ceci indique que le lorazépam oral n'a eu aucun effet sur le stress préopératoire des patients, mesuré par le cortisol salivaire, mais a été associé à un taux plus élevé de procédures dites confortables.

Cette étude publiée dans Pediatric Drugs entre dans le cadre d’un programme d’amélioration continue de la qualité des soins mis en place au CHU Saint-Justine depuis 2013. Un des changements majeurs que l’équipe souhaite adopter au terme de ce travail est d’étendre l’utilisation de l’anesthésie générale ou la sédation profonde gérées par les anesthésistes pour les procédures endoscopiques chez tous les enfants et les adolescents, comme cela est pratiqué dans d’autres centres pédiatriques, plutôt que de se limiter à une sédation minimale ou modérée.

Source
CHU Sainte-Justine
Renseignements

Personnes nommées dans le texte
À propos de cette page
Mise à jour le 22 août 2019
Créée le 22 août 2019
Signaler ou faire une remarque
 

Chaque dollar compte !

Merci de votre générosité.

Ce sont les donateurs comme vous qui nous permettent d’accélérer la recherche, de guérir, à chaque année, plus d’enfants et continuer d’offrir un des meilleurs niveaux de santé au monde.

Il est également possible de donner par la poste ou de donner par téléphone au numéro sans frais

1-888-235-DONS (3667)

Nous contacter

514 345-4931

Légal

© 2006-2014 Centre de recherche du CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés.
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

CHU Sainte-Justine