Centre de recherche
vendredi 31 janvier 2020
Communiqué de presse

Les adultes nés prématurément devraient faire l’objet d’un suivi médical préventif plus serré en ce qui a trait à l’hypertension artérielle et au diabète

MONTRÉAL, le 31 janvier 2020 – Une étude conduite au CHU Sainte-Justine et à l’Université de Montréal révèle un risque élevé d’hypertension artérielle et d’intolérance au glucose chez les adultes nés très prématurément. Les résultats de ces travaux sont présentés dans le journal Hypertension.

Chaque année, au Canada, 8 % des naissances surviennent avant terme (≤ 37 semaines de gestation) et 1 % des naissances sont considérées comme très prématurées (≤ 29 semaines de gestation). Grâce aux progrès de la médecine, la grande majorité des nouveau-nés prématurés survivent et sont en bonne santé. Cependant, une fois à l’âge adulte, ils présentent un risque accru de maladies cardiovasculaires, mais les mécanismes sous-jacents restent inconnus.

«Dans la population générale, les facteurs de risque cardiovasculaire tels que l’inflammation, le stress oxydatif et l’obésité sont associés à l’hypertension artérielle et à l’intolérance au glucose. Toutefois, nous ne sommes pas en mesure de déterminer si c’est également le cas chez les individus nés prématurément», indique la Dre Thuy Mai Luu, pédiatre au CHU Sainte-Justine.

La cohorte HAPI

Afin de répondre à cette question, l’équipe de recherche a mis en place le projet HAPI (Health of Adults Born Preterm Investigation), qui vise à étudier la santé globale des adultes nés avant terme en désignant des signes avant-coureurs de maladies chroniques (comme l’hypertension artérielle, le diabète, l’ostéoporose ou la maladie pulmonaire chronique) pour traduire les nouveaux savoirs en protocoles de suivi et de traitements mieux adaptés à cette population.

Une multitude de données cliniques et biologiques approfondies ont été recueillies auprès des participants de la cohorte HAPI. Des 200 adultes qui la constituent, près de la moitié sont nés avant 29 semaines de gestation et les autres sont nés à terme (groupe témoin).

Les données ont été analysées par le Dr Adrien Flahault, premier auteur de l’étude. «Avec ces résultats, nous avons démontré l’existence d’un risque élevé d’hypertension artérielle et d’intolérance au glucose chez les adultes nés très prématurément. Toutefois, ces maladies ne semblaient pas nécessairement interreliées ou associées à l’obésité, contrairement à ce qu’on observe chez les adultes nés à terme, souligne ce dernier. De plus, les niveaux d’inflammation et de stress oxydatif étaient comparables dans les deux groupes.»

Effectivement, les résultats révèlent que les prématurés ont de 2 à 3 fois plus de risques de souffrir d'hypertension à l’âge adulte que ceux nés à terme. Ils ont aussi 2 fois plus de risques d'être intolérants au glucose et 3,5 fois plus de risques d’avoir des problèmes pulmonaires.

«Les mécanismes conduisant à l’hypertension et à l’intolérance au glucose chez les individus nés prématurément diffèrent sans doute de ceux habituellement observés chez les sujets nés à terme. Il est donc important que les médecins de famille et spécialistes soient informés du risque plus élevé que les sujets nés prématurément développent des problèmes de santé cardiovasculaires, même si ces derniers ne présentent pas de facteurs de risque classiques comme l’obésité afin d’intégrer dans l’examen de routine une surveillance accrue de l’hypertension artérielle et du diabète, conclut la Dre Anne Monique Nuyt, néonatalogiste au CHU Sainte-Justine. Cette approche pourrait permettre d’améliorer la trajectoire de ces personnes.»

À propos de l’étude

L’article «Increased Incidence but Lack of Association Between Cardiovascular Risk Factors in Adults Born Preterm» a été publié dans le journal Hypertension en janvier 2020. Le premier auteur est Adrien Flahault, MD, PhD, chercheur postdoctoral sous la supervision des Dres Anne Monique Nuyt et Thuy Mai Luu. Les auteures principales sont les Dres Anne Monique Nuyt, MD, et Thuy Mai Luu, MD, MSc, professeures au Département de pédiatrie de l’Université de Montréal, et cliniciennes-chercheuses au CHU Sainte-Justine. L’étude a été soutenue par les Instituts de recherche en santé du Canada, la Fondation canadienne pour l’innovation, la Fondation CHU Sainte-Justine, les Fonds de recherche du Québec – Santé, et la Fondation des étoiles.

– 30 –

À propos du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine

Le Centre de recherche du CHU Sainte-Justine est un établissement phare en recherche mère-enfant affilié à l’Université de Montréal. Axé sur la découverte de moyens de prévention innovants, de traitements moins intrusifs et plus rapides et d’avenues prometteuses de médecine personnalisée, il réunit plus de 210 chercheurs, dont plus de 110 chercheurs cliniciens, ainsi que 450 étudiants de cycles supérieurs et postdoctorants. Le centre est partie intégrante du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, le plus grand centre mère-enfant au Canada et le deuxième centre pédiatrique en importance en Amérique du Nord. Détails au recherche.chusj.org

Source
CHU Sainte-Justine
Renseignements

Source :
Maude Hoffmann
Communications, Centre de recherche du CHU Sainte-Justine
communications@recherche-ste-justine.qc.ca 

Personnes-ressources auprès des médias :
Florence Meney
Conseillère-cadre – médias externes
CHU Sainte-Justine
Tél. : 514-755-2516
florence.meney.hsj@ssss.gouv.qc.ca  

Personnes nommées dans le texte
À propos de cette page
Mise à jour le 30 janvier 2020
Créée le 30 janvier 2020
Signaler ou faire une remarque
 

Chaque dollar compte !

Merci de votre générosité.

Ce sont les donateurs comme vous qui nous permettent d’accélérer la recherche, de guérir, à chaque année, plus d’enfants et continuer d’offrir un des meilleurs niveaux de santé au monde.

Il est également possible de donner par la poste ou de donner par téléphone au numéro sans frais

1-888-235-DONS (3667)

Nous contacter

514 345-4931

Légal

© 2006-2014 Centre de recherche du CHU Sainte-Justine.
Tous droits réservés.
Avis légaux  Confidentialité  Sécurité

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

CHU Sainte-Justine