• English

Centre de recherche
mardi 14 décembre 2021
Communiqué de presse

Le pouvoir de l’odeur d’une mère

Les odeurs corporelles maternelles jouent un rôle important dans la socialité du nourrisson, selon une nouvelle étude du CHU Sainte-Justine

MONTRÉAL, le 14 décembre 2021 – Une nouvelle étude à laquelle a participé le professeur Guillaume Dumas, du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine et de l’Université de Montréal, en collaboration avec le Centre interdisciplinaire d’Herzliya en Israël, démontre de quelle façon les odeurs corporelles maternelles augmentent la synchronisation entre le cerveau du nourrisson et celui de sa mère, suggérant leur rôle dans le développement de l’«instinct social» du bébé et ouvrant la porte à de nouvelles stratégies thérapeutiques pour les troubles du développement.

Les résultats de ces travaux sont présentés aujourd’hui dans le journal Science Advances.

Des odeurs rassurantes

Les odeurs corporelles maternelles sont des signaux importants pour le sentiment de sécurité et de reconnaissance sociale chez l’enfant, mais on ne sait que très peu de choses de leur rôle dans la maturation sociale du cerveau humain.

«À l'aide d'enregistrements de l’activité électrique du cerveau, nous avons étudié l'effet des phéromones maternelles sur les interactions sociales de nourrissons avec leurs mères, puis avec des adultes inconnus accompagnés ou non d’odeurs corporelles maternelles, explique Guillaume Dumas, neuroscientifique au CHU Sainte-Justine et professeur adjoint au Département de psychiatrie et d’addictologie de l’Université de Montréal. L'interaction mère-enfant a conduit à une importante synchronisation entre leurs cerveaux ‒ plus que dans le cas étranger-enfant. Toutefois, nous démontrons que la présence de phéromones maternelles peut augmenter cette synchronisation dans l’interaction nourrisson-étranger, même si la mère est absente, et s’accompagne d’une plus grande attention sociale, d’une excitation positive et d’un sentiment de sécurité et d’approche du nourrisson accru.»

Les signaux chimiques olfactifs peuvent donc soutenir le transfert de la socialité infantile mère-enfant à celle au sein des groupes sociaux.

L’humain, un mammifère social

Pour les mammifères sociaux, une fonction clé du lien mère-enfant consiste à adapter le cerveau du nourrisson à la vie au sein d’une communauté et à créer des mécanismes de détection de la sécurité et du danger.

Nos cousins lointains, les primates, dépendent de l'aide d’«allomères» pour élever leurs petits et les femelles doivent donc transmettre cette fonction de régulation externe à d'autres adultes du groupe social et les imprégner de familiarité et de sécurité.

Les odeurs sont ainsi d'anciens signaux chimiques de l'espèce Homo sapiens qui déclenchent des changements neuronaux complexes dont la fonction est de consolider les liens sociaux avec les congénères, d'augmenter l'importance des indices contextuels et de symboliser la mère et l'habitat; les odeurs sont les seuls indices sensoriels qui peuvent représenter la mère en son absence.

Nouvelles stratégies thérapeutiques

Guillaume Dumas explique que «nos résultats confirment que des mécanismes intercérébraux sont liés au développement du cerveau social de l'enfant et que les odeurs corporelles maternelles peuvent transférer cet instinct social infantile du lien mère-enfant à d’autres contextes sociaux, ouvrant ainsi la porte à de nouvelles interventions neurochimiques dans les troubles du développement avec altération de la socialité comme l’autisme. Nous pourrions, notamment, isoler les phéromones maternelles sous forme de vaporisateur afin de les utiliser comme modulateur de la motivation sociale chez l’enfant».

«Nous poursuivons nos recherches pour élucider les mécanismes biologiques de ces synchronisations intercerveaux, notamment en enregistrant l’activité électrique du cerveau du nourrisson en présence de plus de deux personnes, par exemple les deux parents accompagnés du clinicien», conclut Guillaume Dumas.

À propos de l’étude

L’article «Maternal Chemosignals Enhance Infant-Adult Brain-to-Brain Synchrony», écrit par Yaara Endevelt-Shapira, Amir Djalovski, Guillaume Dumas et Ruth Feldman, a été publié dans le journal Science Advances en décembre 2021. L’étude est financée par la Chaire de la Fondation Simms/Mann Ruth Feldman et la Fondation de la famille Bezos.

– 30 –

À propos du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine

Le Centre de recherche du CHU Sainte-Justine est un établissement phare en recherche mère-enfant affilié à l’Université de Montréal. Axé sur la découverte de moyens de prévention innovants, de traitements moins intrusifs et plus rapides et d’avenues prometteuses de médecine personnalisée, il réunit plus de 210 chercheurs, dont plus de 110 chercheurs cliniciens, ainsi que 450 étudiants de cycles supérieurs et postdoctorants. Le centre est partie intégrante du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, le plus grand centre mère-enfant au Canada.

recherche.chusj.org

@CR_CHUSJ

Source
CHU Sainte-Justine
Renseignements

Source :

Maude Hoffmann
Communications, Centre de recherche du CHU Sainte-Justine
maude.hoffmann.hsj@ssss.gouv.qc.ca

Personne-ressource auprès des médias :

Justine Mondoux-Turcotte
Conseillère – Relations médias et relations externes
CHU Sainte-Justine
514 213-4488
justine.mondoux.turcotte.hsj@ssss.gouv.qc.ca

Personnes nommées dans le texte
À propos de cette page
Mise à jour le 14 décembre 2021
Créée le 13 décembre 2021
Signaler ou faire une remarque
 

Chaque dollar compte !

Merci de votre générosité.

Ce sont les donateurs comme vous qui nous permettent d’accélérer la recherche, de guérir, à chaque année, plus d’enfants et continuer d’offrir un des meilleurs niveaux de santé au monde.

Il est également possible de donner par la poste ou de donner par téléphone au numéro sans frais

1-888-235-DONS (3667)

Contact Us

514 345-4931

Légal

© 2006-2014 CHU Sainte-Justine.
All rights reserved.
Terms of Use, Confidentiality, Security

Avertissement

Les informations contenues dans le site « CHU Sainte-Justine » ne doivent pas être utilisées comme un substitut aux conseils d’un médecin dûment qualifié et autorisé ou d’un autre professionnel de la santé. Les informations fournies ici le sont à des fins exclusivement éducatives et informatives.

Consultez votre médecin si vous croyez être malade ou composez le 911 pour toute urgence médicale.

CHU Sainte-Justine